#37 Technologie partout, démocratie nulle part

avec Yaël Benayoun et Irénée Régnauld

Publié le 16/10/2020

Yaël Benayoun est diplômée en philosophie politique et en sciences sociales. Elle conseille les organisations qui souhaitent se doter d’outils d’observation et de compréhension des réalités sociales. Irénée Régnauld est diplômé en sciences politiques et en affaires internationales et consultant en innovation et en transformation numérique. Auteur du blog et compte twitter technocritique « Mais où va le web ? ». Tous les deux, ont créé l'association Le Mouton Numérique qui met en lumière les enjeux sociaux, politiques et environnementaux du numérique et des nouvelles technologies. Ils sont les auteurs du livre Technologies partout, démocratie nulle part, Plaidoyer pour que les choix technologiques deviennent l’affaire de tous.

Écouter

Sommaire :

  • Qu'est ce que la technologie et qu'est-ce que le progrès ?
  • Technologies partout, démocratie nulle part. C'est le débat (ou le non-débat) sur la 5G qui a inspiré ce livre ?
  • Faut-il adopter un mode de vie Amish, pour l’introduction d'une nouvelle technique dans notre société, organiser une délibération pour estimer ses effets sur notre mode de vie, faut-il un référendum pour l'introduction de telle ou telle techno ?
  • Doit on forcément avoir des connaissances techniques pour débattre de l’introduction d’une technologie ?
  • Irénée écrivait sur Twitter "Un jour, il faudra qu'on parle du rapport que les libristes entretiennent avec la technique".
  • Stéphane Bortzmeyer, l’informaticien français spécialisé dans les questions de sécurité et de chiffrement, écrivait sur son blog au sujet du livre que nous ne pouvons pas forcément juger à priori une technologie car son déploiement peut être surprenant voire carrément échapper à ces propres auteurs. Qui aurait cru avec l’arrivée d’internet des objets possibles comme Facebook ?
  • Comment les géants du numérique ont intégré la notion d’éthique mais à leur avantage.
  • La contribution du numérique à la transition énergétique et écologique reste encore à prouver. Malgré la révolution numérique nous consommons toujours plus d’énergies et de ressources. Françoise Berthoud, chercheuse au CNRS et membre du groupement EcoInfo pour une informatique écoresponsable disait dernièrement que « le numérique accélère les flux monétaires, de marchandises et de personnes, donc l’impact environnemental est accentuée par le numérique ». Dans ce contexte, peut on lier technologie et écologie alors que tout les oppose ? Comment concilier progrès et l'urgence climatique ?
  • Des étudiants de polytechnique se sont exprimés publiquement : « c’est prodigieux de disrupter avec de l’intelligence artificielle et des big data mais il faut d’abord habiter dans un monde vivable. Ces questions ne doivent pas être reléguées aux ingénieurs et scientifiques en pensant qu’ils trouveront des solutions techniques ». Le solutionnisme technologique va t-il nous sauver ? Ou tout du moins comment nuancer entre la techno ne nous sauvera pas et le tout techno ?
  • La startup nation semble maintenant un concept source de rejet, de la part du grand public mais aussi de certains travailleurs et travailleuses du numérique.
  • Le modèle d'entreprise coopérative comme contre-réponse aux startups ?
  • L'Etat a un rôle à jouer pour un numérique et des technologies plus démocratiques et limitant l'impact sur l'environnement ?
  • Développement du télétravail et impacts sur la démocratie ?
  • Les autres pistes pour mieux maîtriser le progrès technologique, ses impacts sociaux et environnementaux ?
  • A propos du documentaire The Social Dilemma ("Derrière nos écrans de fumée").

En écoutant cet épisode, vous téléchargerez 34 Mo de données.

Proposer une modification de cette page